Hier ,je descendais  rue des moineaux

Je suis passé devant un tableau .

Il présentait une belle  endormie

Sur un sofa ou bien un lit .

 

Avez vous jamais cherché ?

Derrière les traces de pinceaux ,

D’une gravure   ou d’une photo ?

C’est du plaisir que voyager .

 

Cette rue n’a rien de   bien .

Sauf  qu’un jour en faisant le malin ,

J’ai découvert cette douce image .

Et depuis,  sans cesse , son visage .

 

Et les moineaux il n’y en a pas !

Car au bout de la route étoilée

Il y a la mer en  vert  bleuté

Qui claque au soleil avec fracas .

 

Je ne la connais pas

et pourtant elle est là .

est elle vraiment belle ?

est elle même réelle ?

 

Après un pas  bref d’hésitation

Et puis un autre ,enfin je crois ,

Je suis  retourné sur mes pas .

Je voulais revoir sans sommation .

 

Et sur l’instant j’ai  regardé

Dans  un tableau barbouillé .

Une triste toile sans trace ni fin .

Un bout de  néant sans rien .

 

Et puis la porte a grincé

Et cette femme endormie

C’est réveillée très polie

Elle m’a  alors demandé .

 

Je n’ai pas pu lui répondre

Car je me sentais fondre

Je ne suis pas  très valeureux

Et même un peu peureux .

 

Elle était comme sur le tableau .

Hier je descendais rue des moineaux

Et la mer donnait le la

Mon cœur  frappait avec fracas .

 

Et les moineaux il n’y en a plus

Tous ils ont été reclus .

Je n’irai plus voir le tableau .

Je n’irai plus rue des oiseaux .

 
du même auteur...

Il faut s'enregistrer pour poster des ccommentaires