C'est un mal qui me ronge

Je ne sais d'où il vient

Tel un désagréable songe

Qui vous réveille au matin.

 

Inutile de lutter

Car il reviendra

Et ainsi, mieux armé

Il vous dégradera.

 

C'est un mal qui m'éponge

Des pensées saines et de la raison

Parmi les flux du vice que je longe

Parfois plein parfois vide de passion.

 

Inutile de geindre

Car il est en vous

Il vous suffit de feindre

Lorsque vous êtes à bout.

 

Qu’il doux et agréable

De se laisser un instant

Vous plonger dans l’abominable

Ne serait-ce qu’un moment.

 

Oubliez le beau, oubliez le vrai

Car le mal vous pénétrant

Vous ne serez que son jouet

Mais avant tout pour un instant.

 

du même auteur...

Il faut s'enregistrer pour poster des ccommentaires