C’est une envie de tout plaquer, de pouvoir tout recommencer,

Qui mène ses pensées torturées au tribunal des "suis-je bien né".

À la barre d’un très vieux prétoire, la raison le conseille sans gloire :

« Monsieur, il vous faut recevoir un nouveau mode opératoire ».


Oublier ce qu’il a omis, réciter ce qu’il a appris,

Respecter ce qu’il a promis, changer de vie, d’état d’esprit.

Face à un miroir aux deux temps, ses rides germent sur un champ.

Un champ de "oui mais" de "comment", terre en jachère depuis longtemps.

 

Inassouvies ses tentations, oubliées ses désillusions

Et la tristesse d’oraisons, il part vers d’autres horizons.

En quête de nouvelles envies, reprendre le goût à la vie,

Ne pas rester sur le parvis de la cathédrale de sa vie.

 

« Vais-je me tromper encore une fois ? Changement de cap vers je n’sais quoi ».

Il s’élance pour la dernière fois, le droit à l’erreur n’existe pas.

Elle est bien là… et il la sent, sa quarantaine, source de comment.

Elle est bien là… et il la voit, sa quarantaine, scène de pourquoi.

 


Il faut s'enregistrer pour poster des ccommentaires