Je ne sais plus si je dois croire,

En l humanité ni a ses droits,

Je cris dans mes rêves en pensant a ça

De voir que l'espoir n'est roi,

Que de rire à la fatalité me donne le choix,

Du glaive ou du marteau en bois,

 

Et j'ai choisi la foi,

Finalement l'on pardonne tout

Finalement on lâche prise

De ce battre contre soi,

Car cette idée préconçue que l'homme sera toujours ce qu’il est,

Est une idée bien conçu pour ceux qui la trahisse.

 

Rappel toi enfant les sourires des personnes autour de toi

Le cœur battant comme un lion sur ses terres

La main tendre de cette personne dont tu tends les bras

L’amour qui te porte, l’innocence de tes actes

 

Le temps passe et finalement au fond tu ne change pas

Tu reste cette enfant, avec cette bonté

Mais aussi tes moments noirs d'orgueil,

Rempli de haine pour des choses que tu ne comprends

Surtout peur de ce que tu ne maitrise pas

 

Fais grâce à ton cœur les souffrances de ta raison.

Toi le maitre de tes pensées, rêve.

Nourris tes sens de liberté, audace et d'humilité,

Que tu sois noir jaune ou blanc,

Tu reste à toi seul le changement, le libre arbitre,

De croire ou de rejeter, en toi seul

Le cri d'espoir qui vient a toi.

C’est celui de ton âme et pensée.

Car c'est toi l humanité.

du même auteur...

Il faut s'enregistrer pour poster des ccommentaires